Espèces animales en danger
Monde

L’ange des mers : Défendre l’une des espèces les plus vulnérables de la nature


L’ange des mers (Squatina spp.) était autrefois un important prédateur démersal répandu à travers de vastes zones de l’Atlantique nord, de la mer Noire et de la Méditerranée. La majeure partie de ces régions subit aujourd’hui une pêche démersale intensive et l’espèce est devenue très vulnérable, que ce soit à la naissance ou lors de prises accidentelles. De plus, comme tous les élasmobranches, les anges de mers arrivent à maturité tard, font peu de petits et leur morphologie (c’est une espèce à corps plat et large vivant le long des côtes) les rend particulièrement vulnérables, au point qu’ils se sont éteints en Mer du Nord et ont vraisemblablement été éradiqués sur de vastes zones du Nord de la Méditerranée.

La situation de Squatina squatina est identique à celle de la plupart des 22 espèces d’anges des mers qui constituent la famille Squatinidae. Plus de la moitié de ces espèces sont actuellement répertoriées comme “menacées” sur la liste rouge de l’IUCN.

Il reste encore beaucoup d’inconnues sur la biologie des anges des mers et The Shark Trust espère que ce projet pourra aider à rassembler les éléments suffisants, ou mettre en évidence les besoins d’une recherche supplémentaire sur cette espèce extrêmement fragile.

Résumé du rapport final de la première phase :

L’objectif principal de cette première phase était de regrouper les informations et les preuves nécessaires au soutien d’une proposition qui aboutisse au classement des anges des mers sur la liste de l’Appendice I de la Convention sur les Espèces Migratoires (CMS).

  • Un travail de bibliographie a permis de réunir toutes les recherches et les documents parus à l’échelle mondiale concernant les squatines.
  • Un réseau virtuel entre les organisations et les chercheurs travaillant sur cette famille a été créé, le ‘Angel Shark Conservation Network’.
  • Une initiative afin d’encourager le signalement par le grand public a été mise en place en partenariat avec la base de données Poséidon. Ce programme a été promu notamment via les médias, les réseaux sociaux et auprès des pêcheurs sportifs.
  • Les équipes de The Shark Trust sont entrées en contact avec différents signataires de la CMS afin qu’ils parrainent la soumission des squatines dans l’appendice 1. Aussi, TST est devenu un partenaire de cette convention.
  • Un séminaire a été organisé à Gran Canaria afin de développer un plan d’action de sauvegarde des anges de mers aux Canaries. Un autre atelier a été mené pour le développement de stratégies de conservation en Atlantique et en Méditerranée avec notamment des membres du comité consultatif du MoU de la CMS.
  • Dans les prochains mois, la possibilité de soumettre les 3 espèces à la CMS va être étudiée.

Dans le cadre de cette première phase, la Fondation a soutenu NTFP à hauteur de 10 000 €.

La Fondation Ensemble contribue une seconde fois à ce projet en 2017.

L’objectif de cette seconde phase est de déterminer la répartition de trois espèces d’anges de mer gravement menacés en Méditerranée : l’ange de mer commun (Squatina squatina), le ‘Squatina aculeata’ et le l’ange de mer ocellé (Squatina oculata).

En l’espace de 200 ans, les élasmobranches ont vu leur nombre et leur poids de prise diminuer de 97 %. Face à cette situation, la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) a adopté en 2012 une série de mesures interdisant le ciblage et la capture de 24 espèces particulièrement vulnérables d’élasmobranches inscrites sur la liste visée par le protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée figurant à l’annexe II de la Convention de Barcelone. Ces mesures s’appliquent notamment aux trois espèces de squatines mentionnées plus haut. Très peu d’éléments attestent toutefois de leur réelle application. Un récent rapport de l’UICN avance par ailleurs que la situation des requins, des raies et des chimères en Méditerranée n’a connu aucune amélioration notable en plus de dix ans, depuis sa première évaluation.

Pour tenter de résoudre ce problème, l’ONG va observer la répartition des trois espèces de squatines ciblées. Cette partie du projet vise également à :

  • Améliorer les processus de reporting et de contrôle des pêches commerciales
  • Appliquer les mesures existantes pour la protection des squatines
  • Mieux faire connaître les squatines et leur statut d’espèce en danger de disparition.

Le financement de ce projet est assuré en partie grâce au parrainage d’une généreuse donatrice. Si vous souhaitez vous aussi soutenir des initiatives en faveur de la préservation des espèces animales menacées, cliquez ici.

Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS