Agriculture durable
Pérou

Renforcer les communautés agricoles andines et leurs organes de représentation dans la province d’Anta (région de Cuzco) par des pratiques agricoles durables et innovantes


Contexte :

L’agriculture est la première source de revenus des habitants de la province d’Anta, au Pérou. Les variétés cultivées sont principalement le maïs, l’avoine, les pommes de terre et le quinoa, produites à petite échelle. La zone ne dispose pratiquement d’aucun système d’irrigation. Outre le changement climatique, le secteur agricole fait face à de nombreux défis : productivité faible, coûts de production élevés, faiblesse des volumes vendus (essentiellement à des particuliers), hétérogénéité des produits, retard technologique dans la gestion des produits après récolte, manque d’information sur les marchés et les prix, faible organisation entre agriculteurs et absence de valeur ajoutée des produits.

L’absence de perspectives d’emploi, la faible rentabilité du secteur agricole, le développement quasi-nul du secteur agroindustriel ou encore le désir de poursuivre des études poussent de nombreux habitants à migrer. Ce sont en général les hommes qui quittent la maison, laissant les femmes assurer à la fois les travaux des champs et la gestion du foyer. Le revenu mensuel moyen par famille est inférieur à 100 €. Près de la moitié de la population souffre de malnutrition chronique. Les enfants souffrent principalement d’infections respiratoires et parasitaires, de maladies de la peau et de troubles digestifs.

Objectif :

Ce projet sera mis en œuvre par ICU (Istituto per la Cooperazione Universitaria onlus). Il vise à améliorer la situation socioéconomique des agriculteurs de la province d’Anta à travers l’introduction de pratiques innovantes respectueuses de l’environnement, le renforcement des capacités et l’implication des autorités locales, ainsi que le développement de nouveaux débouchés commerciaux.

Activités :

Un premier volet du projet consistera à améliorer l’adaptation des agriculteurs locaux au phénomène du changement climatique, à travers l’adoption de différentes innovations (telles que la « pluie solide »), la diversification de la production (quinoa, tarhui) et la promotion de la certification biologique.

L’entrepreneuriat sera encouragé au sein des associations locales et des coopératives, par un soutien à la création d’un réseau avec d’autres entreprises prospères dans le pays. Les compétences en négociation seront renforcées et les relations directes avec des sociétés d’exportation agricole encouragées.

La participation des femmes sera encouragée dans toutes les activités menées. Un soutien sera apporté à la construction de serres destinées à la production maraîchère et gérées par des femmes, afin de favoriser leur indépendance financière tout en améliorant la sécurité alimentaire et la disponibilité de nourriture dans la région. En outre, tous les enfants de moins de cinq ans et toutes les femmes enceintes ou allaitantes bénéficieront d’une évaluation nutritionnelle. Trois sessions de formation sur les principes d’une alimentation équilibrée seront dispensées dans chaque district. Les femmes bénéficieront d’un renforcement de leurs connaissances sur les questions de santé reproductive, à travers cinq séminaires animés par un médecin et un intervenant social.

Enfin, les services offerts par les institutions publiques aux agriculteurs de la région seront améliorés grâce à de meilleures informations agro-climatiques (cinq stations climatiques seront achetées et une assistance technique sera proposée au personnel des institutions) et à leur diffusion gratuite sur le territoire via Internet.

Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS