Agriculture durable
Equateur

Projet AlliAlpa (Terre fertile en Quichua) : renforcement des pratiques agroécologiques et développement des circuits courts


Contexte :

Dans un environnement de relations commerciales particulièrement défavorables aux producteurs et de dégradation des agroécosystèmes, on assiste ces dernières années à une multiplication d’initiatives d’agroécologie et de commercialisation en circuits-court en Équateur. Ces initiatives répondent souvent à des démarches autonomes d’organisations paysannes, accompagnées par des ONG nationales et internationales. Néanmoins ce mouvement a besoin de passer à un stade plus professionnel et scientifique et ainsi participer à la construction de politiques publiques pertinentes. Les pouvoirs publics s’intéressent également, peu à peu, à ces nouvelles méthodes mais leur action se porte plus sur une révolution verte.

L’ONG Centrale Equatorienne de Services Agricoles (CESA), partenaire local de ce projet, travaille depuis plus de 50 ans auprès des producteurs paysans du pays. Ses équipes constatent les limites et les méfaits de l’agriculture conventionnelle ainsi que la nécessité de changement de modèle agricole. Elle a donc décidé de se convertir à l’agroécologie.

Objectifs :

AVSF prévoit d’améliorer les conditions de vie des familles paysannes du canton de Pillaro via le développement de l’agroécologie et de canaux de commercialisation justes, solidaires et respectueux de l’environnement. Les capacités des familles productrices seront renforcées pour favoriser leur transition agroécologique et la valorisation de leurs produits.
Ce projet intégrera une composante de sensibilisation à la santé sexuelle et reproductive.

L’ONG CESA sera quant à elle soutenue dans sa contribution au développement de l’agroécologie et des circuits courts en Équateur. La formation supérieure, la recherche et les politiques durables seront également appuyées dans ces domaines.

Activités prévues :

L’offre de produits agroécologiques de qualité et d’origine paysanne sera améliorée et diversifiée d’au moins 20% à la fin du projet. Ces produits seront transformés et commercialisés en circuits-courts par des femmes. 320 producteurs suivront un programme de formation et d’échange de savoirs paysans. Le rôle des femmes ainsi que les capacités de transformation, d’apport de valeur ajoutée et les pratiques à faible impact environnemental seront renforcés. 2 nouvelles initiatives collectives de commercialisation en circuits courts seront mises en place ainsi qu’un système de suivi économique des familles vendant via ces circuits.

30 leaders femmes se verront proposer une formation en santé et en droits sexuels et reproductifs.

10 techniciens de l’ONG CESA seront formés à l’accompagnement de pratiques agroécologiques paysannes et à la commercialisation en circuits courts. Les capacités de vulgarisation agricole et les outils d’appui à l’agroécologie et au développement des marchés locaux de l’ONG seront renforcés. 3 documents de référence seront produits et diffusés afin de capitaliser sur le projet.

Les capacités de formation, recherche et élaboration de politiques publiques d’appui à l’agroécologie et aux circuits courts de 4 universités, en lien avec 2 gouvernements locaux, seront renforcées.

Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS