Espèces animales en danger
Espagne

Conservation des ours bruns dans les Pyrénées grâce à des mesures actives visant à promouvoir leur coexistence pacifique avec les éleveurs locaux


La clef de l’avenir des ours bruns dans les Pyrénées est leur coexistence pacifique avec les éleveurs locaux. Grâce au regroupement des troupeaux de moutons et à leur protection permanente notamment par des bergers spécialisés et des chiens de berger, les dommages causés par les ours ont diminué de façon remarquable ces dernières années, permettant ainsi une meilleure acceptation de l’espèce au niveau local et une très forte augmentation des possibilités de rétablissement de la population. Cet élan doit être poursuivi.

L’objectif principal de ce projet, géré par Acciónatura, est d’améliorer l’acceptation au niveau local de la présence croissante des ours bruns (en particulier de la part des éleveurs locaux), grâce à:

  • Des mesures actives et continuelles sur le terrain
  • La communication insistant sur la réussite des troupeaux efficacement protégés, les conditions de travail dignes pour les bergers, la coexistence pacifique et du potentiel touristique rendu possible par ce nouveau scénario.

Les objectifs secondaires sont :

  • Fournir des infrastructures sur le long-terme pour de vastes zones de pâturage des moutons dans les montagnes
  • Mettre en place les bases nécessaires à un scénario de « retour de la vie sauvage »
  • Maintenir des prairies qui dépendent du pâturage et qui présentent un intérêt botanique, et arrêter l’empiètement de forêts sur de trop grandes zones.
  • Sensibiliser le grand public et les touristes des deux côtés des Pyrénées (espagnol et français), grâce à des données et des informations réelles montrant que la conservation de l’ours brun est possible et la coexistence nécessaire et bénéfique pour tout le monde.
  • Montrer plus particulièrement comment le programme peut bénéficier aux agriculteurs. Grâce au regroupement, ils obtiennent un bénéfice économique puisqu’ils reçoivent une subvention par mouton paissant dans la zone d’habitat de l’ours.

Pour atteindre ces objectifs, diverses actions sont prévues :

  • La construction, pour les bergers s’occupant d’au moins 8 troupeaux différents, de cabanes en bois, selon des critères de construction durables et avec un confort acceptable. Cette opération servant de prototype pour une extension potentielle à d’autres vallées dans un futur proche.
  • Le recrutement de bergers et la location de pâturages. Le regroupement des troupeaux représente une difficulté supplémentaire pour les gardiens de troupeaux qui doivent changer leurs habitudes, et le plus souvent cesser le pâturage sur leurs terres traditionnelles. Afin de fournir suffisamment de pâtures, Acciónatura loue de nouveaux terrains, que tous les troupeaux regroupés pourront utiliser. Cela fait partie des compensations fournies aux éleveurs prenant part au programme.
  • L’acquisition d’infrastructures et de nourriture pour 14 chiens de berger, afin d’assurer leurs besoins pendant les deux prochaines années. Lorsque des ours ont été aperçus près des troupeaux, les chiens les ont chassés. Les chiens de berger sont « loués » aux agriculteurs. Ils sont dressés dès le plus jeune âge à se « prendre pour des moutons » et à rester loin des humains pour ne pas être imprégnés. De cette façon, ils protègent toujours les moutons.
  • La prise de contact avec des journalistes spécialisés en Espagne, en France et en Andorre, à qui l’on offre la possibilité d’écrire un article sur le succès du regroupement des troupeaux dans les Pyrénées catalanes. Un dossier de presse sera réalisé et toute l’aide nécessaire à une visite sur le terrain sera proposée. Il est également prévu de mettre en place une page dédiée sur le site internet de l’ONG, avec des contenus mis à jour et l’utilisation des réseaux sociaux. Le message le plus important est qu’avec de la bonne volonté de la part de tous, la coexistence avec l’ours est possible. L’autre message est, qu’en consommant du mouton provenant de cette partie des Pyrénées, les gens aident non seulement les agriculteurs, mais aussi l’ours et la faune sauvage en général.
  • Le partage des meilleures pratiques avec les homologues français, y compris les décideurs et les acteurs sur le terrain (éleveurs, bergers et forestiers), afin d’envisager la reproduction de ces pratiques.
Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS