Pêche durable
Myanmar

Conservation marine et côtière dans l’archipel de Myeik


A crab bank where fishers keep berried crab females until she releases her eggs

Contexte :

Avec un taux de pauvreté de près de 37 %, le Myanmar est l’un des pays les plus pauvres d’Asie. Sa capacité à gérer efficacement les ressources naturelles est limitée, de même que son budget pour la préservation de la biodiversité. Le milieu marin du Myanmar fait par ailleurs face à de multiples menaces (surpêche, pratiques de pêche destructrices, développement de l’aquaculture, hausse de la sédimentation…), qui ont fait baisser les réserves halieutiques de 90 % en 40 ans.

Fauna & Flora International (FFI) a commencé à travailler avec le gouvernement du Myanmar en 2011 pour proposer des actions de conservation marine et côtière dans l’archipel de Myeik. Ce travail a permis d’identifier près de 30 zones de biodiversité ou d’importance écologique, offrant un ensemble complet de données pour initier la mise en place d’un réseau d’aires marines protégées (Marine Protected Area – MPA) et d’aires marines gérées localement (Locally Managed Marine Area – LMMA) . Grâce au soutien de FFI, le Myanmar a récemment instauré trois LMMAs.

Objectif :

L’objectif de ce projet mis en œuvre par FFI est d’augmenter le nombre de LMMAs, le Ministère des Pêches et les communautés locales ayant manifesté un vif intérêt en ce sens. Le but est de mettre en place un réseau fonctionnel de LMMAs dans l’ensemble de l’archipel de Myeik, en vue de préserver des zones clés pour la biodiversité et d’assurer une gestion durable des pêches.

Activités :

Pour ce faire, la capacité des trois LMMAs existantes à gérer efficacement le milieu marin sera renforcée. Plusieurs études spécialisées sur l’état de l’habitat seront soutenues, en partenariat avec des universités du Myanmar. Le projet prévoit également un soutien aux patrouilles menées sur les sites, avec un volet dédié à l’éducation, à la sensibilisation et au respect des règles en vigueur. L’entretien des bornes de délimitation, des équipements de signalisation et des supports pédagogiques sera également pris en charge.

Au moins quatre nouvelles aires marines seront créées et gérées durablement via le modèle LMMA. Les sites proposés feront l’objet d’études socioéconomiques, de cartographies des ressources et d’évaluations des menaces et des parties prenantes. Des comités de gestion des LMMAs, des programmes de contrôle des prises de pêche et un processus participatif de cartographie des limites et des zones seront mis en place. Les communautés et les pêcheurs des environs seront également consultés.

Les familles habitant dans les LMMAs verront leurs revenus nets augmenter grâce à l’amélioration de la qualité des produits et à l’établissement de relations plus fructueuses et équitables avec les autres acteurs du marché. Une cartographie participative du marché entre les pêcheurs/agriculteurs et d’autres acteurs du marché sera facilitée. Les pêcheurs/agriculteurs seront soutenus pour accéder à des programmes de micro-finance adaptés aux besoins locaux. La formation, le parrainage, l’apprentissage entre pairs seront encouragés parmi les producteurs, afin d’améliorer la qualité des produits et d’obtenir de meilleurs prix pour les prises durables.

Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS