Pêche durable
Mozambique

Mers durables : lutte contre les pratiques de pêche destructrices dans la province d’Inhambane au Mozambique


© Anna Flam / Marine Megafauna Foundation

CONTEXTE :

Le Mozambique, l’un des pays les plus pauvres au monde, abrite une précieuse biodiversité marine. Les eaux riches en plancton au large de la province d’Inhambane sont habitées par plus de 30 espèces d’élasmobranches vulnérables ou en danger, y compris des requins baleines et des raies manta. Toutefois, la Marine Megafauna Foundation (MMF) a constaté depuis 2005 une diminution de la présence de ces espèces dans la zone.

La surpêche dans les eaux du Mozambique menace de plus en plus la pêche artisanale, alors que la pêche et le tourisme nautique sont une source de revenus essentielle pour la province. Les pratiques de pêche destructrices (utilisation de filets maillants et de chaluts à petit maillage, pêche intensive au harpon…), la surpêche, l’absence de gestion et la forte demande ont une incidence considérable sur la biodiversité marine. Dans certaines zones, le gouvernement du Mozambique, les ONG et les communautés locales encouragent la mise en place de zones marines gérées localement (Locally Managed Marine Areas – LMMA) pour gérer et préserver efficacement les ressources marines. Les comités communautaires des pêches (CCP) participent également à cette démarche, mais leurs actions peuvent se trouver restreintes par le manque de ressources et par les demandes contradictoires des différentes parties prenantes.

OBJECTIF PRINCIPAL :

Le but de ce projet est d’améliorer la gestion des ressources marines par une réduction concrète des pratiques de pêche destructrices ainsi qu’un engagement accru en faveur de la protection de l’océan. Ceci permettra de réduire les menaces pesant sur les espèces vulnérables, d’enrayer les conséquences de la surpêche et d’aider les communautés à préserver leurs précieuses ressources naturelles pour les générations futures.

ACTIVITÉS MENÉES :

  • Quatre communautés de pêcheurs superviseront des zones marines autonomes gérées localement le long de la côte d’Inhambane, en suivant les résultats et menaces liés à la protection de l’océan et en luttant contre les pratiques de pêche destructrices. Des ateliers de formation seront organisés, les récifs seront fermés et surveillés et un événement annuel d’apprentissage aura lieu pour permettre à l’ensemble des partenaires d’échanger au sujet des réalisations, défis et bonnes pratiques.
  • Un réseau d’Ambassadeurs de l’Océan et de Gardiens de l’Océan, influents et passionnés, de six communautés différentes sera renforcé pour promouvoir des pratiques de pêche durables et appeler à la protection de l’écosystème marin.
  • Les pratiques de pêche non sélectives et destructrices ainsi que la surpêche seront réduites, afin de diminuer la pression sur les réserves halieutiques et d’endiguer les prises d’espèces vulnérables. Un guide de la consommation durable de poisson sera élaboré, une étude de faisabilité pour créer des coopératives pilotes de pêche durable sera réalisée, des groupes communautaires d’épargne et de prêts seront mis en place, des Patrouilleurs de l’Océan seront formés à la surveillance des pratiques de pêche, et des sources de revenus alternatives durables seront encouragées afin de réduire la dépendance des pêcheurs vis-à-vis de la pêche.
Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS