Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus et gérer ces paramètres .

Actualités
22 juin 2016

Témoignage de Teresa Chimarro, bénéficiaire du projet AVSF en Equateur


Carcelen Actu

Teresa Chimarro, 38 ans, 5 enfants, la plus âgée de 16 ans et le plus jeune de 3 ans ; membre du réseau de producteurs agroécologique Allpamanta, participante de la foire de Carcelén à Quito et du panier pour les consommateurs.

Est-ce un bon endroit pour vivre ici ? 

Je vis dans la communauté de Pitana Bajo, c’est une petite communauté où tout le monde se connaît. Je fais partie d’une organisation où nous sommes 16 femmes de la communauté à participer et actuellement nous cultivons sans utiliser de produits chimiques pour produire des aliments sains pour notre propre consommation et pour vendre à la foire de Carcelén et via les paniers. Nous avons de sérieux problèmes avec les sols, mais maintenant nous pouvons dire qu’il est possible de produire pour vivre.

Pourquoi participez-vous à ce projet ?

J’ai participé à plusieurs projets qui avaient pour but de nous aider pour l’irrigation et avec des formations pour la production. Cependant aucun ne nous a aidé à résoudre le problème de commercialisation. Avec ce projet, depuis un an, nous avons enfin un lieu pour vendre et cela nous motive à diversifier la ferme et à continuer à travailler.

Quels sont les impacts positifs (ou négatifs) que vous pouvez déjà observer ?

Le fait de participer aux foires et aux paniers nous oblige à produire une assez grande diversité de produits, ce qui nous a aidé à améliorer notre alimentation. Au sein des foires, nous pouvons aussi échanger nos produits avec d’autres produits que nous ne produisons pas comme des fruits, des oignons blancs, des fèves, etc.

Avec la vente de mes produits je peux aider ma famille. Avec le panier, je vends entre 35 et 60 US$ par mois selon la quantité de produits que j’ai de disponible, et à la foire de Carcelén, je vends entre 60 à 80 US$ par semaine et quand j’apporte aussi des cochons d’inde je peux arriver jusqu’à 100 US$ par semaine. En arrondissant, je pourrais dire que mes revenus issus de la vente sont de 300 US$ par mois.

En participant au sein du groupe, en plus de pouvoir vendre et d’avoir des revenus, j’ai beaucoup appris.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Dans le futur, je me vois avec une ferme pleine de produits divers, récupérant des semences qui se sont perdues et travaillant pour que les espaces de vente que nous avons ne se perdent pas.

Découvrez ici le projet AVSF en Équateur.

Partager cet article sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesFAQPlan du siteRSS