Technologies durables
Burkina Faso

Lutter contre la pauvreté rurale par l’accès à un habitat écologiquement et économiquement adapté


La voûte nubienne

Plusieurs millions d’habitants des zones de type sahélien n’ont plus accès à un habitat décent. Pour réaliser leurs toitures, le recours au bois (ressources ligneuses disparaissant ou disparues) et à la tôle et au béton (inadaptés) les enferment dans un véritable cercle vicieux de pauvreté. Par ce programme, AVN souhaite permettre au plus grand nombre d’entre eux d’accéder de manière pérenne et le plus vite possible à un habitat décent, la voute nubienne.

Rappel des objectifs

  • Amélioration des conditions de vie des populations ciblées (accès pérenne à un habitat durable, sain, solide, confortable et culturellement adapté).
  • Développement économique (solution économique et création dʼemplois).
  • Lutte contre la désertification (alternative à la coupe de bois).
  • Lutte contre le réchauffement climatique (alternative à la production et au transport de matériaux exogènes polluants).

Processus de suivi pendant le programme

  • 4 rapports narratifs et financiers dont 1 rapport final.
  • Visite de Jacqueline Délia-Brémond en février 2011, Gilles Burkhardt en avril 2011 et Sophie Thomasset en avril 2012.
  • Evaluation à mi-parcours en février 2011.
  • Evaluation finale en novembre 2011.

Résultats et Indicateurs

Les résultats sont globalement satisfaisants même si tous les objectifs ne sont pas atteints à 100%
Indicateurs (pourcentage atteint/prévu)

  • 23 zones de Déploiement du Programme à partir dʼun Village Pilote (DPVP) ouverts (135%)
  • 233 voûtes nubiennes construites (92%) pour 1 828 mètres linéaires (97%)
  • 83 chefs de chantiers, dits C4 ou C5, formés (115%)
  • 88 maçons, dits C3, formés (81%)
  • 471 tonnes de CO2 évitées (91%)
  • 68 262 euros de revenus générés (91%)
  • 2 293 bénéficiaires (91%)
  • 12 000 personnes sensibilisées (150%)

La VN se déploie non seulement dans la majorité des régions du Burkina mais elle fait lʼobjet de nombreuses sollicitations dans dʼautres pays tels que le Sénégal, le Bénin, la Mauritanie, la Zambie, Madagascar ou le Rwanda.

Potentiel de réplicabilité

La VN a patiemment et activement fait ses preuves au Burkina et le potentiel de réplicabilité du programme est énorme ; lʼengouement suscité dans tous les mi- lieux, dans les villes tout comme dans les régions et communes, ne fait lʼobjet dʼaucun doute. Les partenaires potentiels se manifestent, et parmi les institutions, le contact sʼest développé avec les services techniques décentralisés en charge des eaux et forêts qui ne se sentaient pas auparavant concernés par le programme Voûte Nubienne.

Pérennité des actions menées

Lʼaction dʼAVN contribue à engendrer un marché auto- nome de création de voûtes nubiennes. Bien entretenu, ce type de maison nʼa pas de limite de durée de vie.

LʼAssociation Voûte Nubienne est en plein essor, et les voûtes créent sans cesse de plus en plus dʼadeptes. Le marché autonome sʼest développé ce qui, tout en étant la raison dʼêtre de lʼassociation, nʼest pas sans générer certaines contreparties. Les principales recommandations, suite à la visite de la FE dʼavril 2012, sont de :

  • Renforcer lʼimplication des femmes, par exemple en les incitant à occuper le rôle de clé
  • Se coordonner avec les ONG spécialisées en Eau et Assainissement
  • Renforcer les liens avec les institutions de micro-finance, développer les micro-crédits
  • Définir le rôle dʼAVN dans lʼextension en zone urbaine
  • Maîtriser la croissance géographique du projet, en particulier internationale, en ajustant les ressources humaines aux besoins et en contrôlant le taux de croissance par des critères de priorisation.

Conclusion de lʼévaluation finale de février 2012

La situation au moment de lʼévaluation du programme présente un certain nombre de facteurs favorables : (i) lʼexistence de pôles de densification du marché; (ii) une émergence du « Marché Semi Autonome » ou MSA qui croît rapidement et qui atteste de lʼefficacité de la méthode de vulgarisation de la technique VN, (iii) une procédure bien rôdée de la gestion des demandes MSA, selon des étapes bien fonctionnelles, (iv) un personnel expérimenté et compétent caractérisé par une forte adhésion à la finalité et au but du programme, (v) des modalités de fonctionnement bien définies, au sein du Bureau de Boromo, et (vi) un environnement socio-politique propice caractérisé par des liens importants avec les autorités des communes et des régions décentralisées qui prennent de plus en plus de pouvoir sur le développement économique de leurs territoires.

Le MSA a prouvé la validité de la méthodologie DPVP, cʼest à dire le développement du programme à partir dʼun village Pilote, avec plus de résultats exigeant moins de moyens et moins dʼimplication de lʼAVN.

Le programme a apporté un changement reconnu dans la vie des bénéficiaires. De lʼavis général des personnes interrogées, lʼaccès à un habitat VN a permis dʼaméliorer grandement les conditions de vie des populations rurales tout en incitant une forte demande à tous les niveaux : le cœur de cible du programme (clients paysans, cultivateurs), les commerçants et fonctionnaires plus aisés, les ONG et associations et les collectivités décentralisées (Communes et Régions). Les maçons et les clés reconnaissent que le programme leur a permis une certaine valorisation au sein de leur communauté tout en leur donnant une plus grande ouverture au monde extérieur.

Partager ce projet sur :
© 2014 Fondation EnsembleCréditsMentions légalesCookiesFAQPlan du siteRSS